Absentéisme chronique à la Ville de Paris

Absentéisme chronique à la Ville de Paris : en 2011, le nombre de jours ouvrés perdus s’élève à plus de 1,15 million, soit environ 20 jours par an et par agent! C’est inconcevable !

Conseil de Paris

Séance des 25 et 26 février 2013

 

Intervention de M. Eric HELARD

 

 

2013 SG 60 – Communication du Maire : observations définitives arrêtées par la Chambre Régionale des Comptes d’Ile-de-France sur la gestion prévisionnelle des ressources humaines de la Ville de Paris.

Monsieur le maire,

Mes chers collègues,

Depuis 2008, pas une semaine sans qu’un conflit social n’éclate, soulignant par là même les limites de la politique de gestion des ressources humaines de la collectivité parisienne.

Affrontements, revendications, mécontentement, sentiment de dépréciation et absence de considération témoignent du malaise prégnant des personnels employés par la municipalité.

Il est d’ailleurs regrettable que, dans sa réponse au rapport de la CRC, l’exécutif ne s’appesantisse pas sur cet aspect essentiel qu’est le mal-être au travail.

D’autant que les requêtes des agents emportent des conséquences non négligeables sur le service public rendu aux Parisiens et, partant, sur leur qualité de vie. L’enlisement de la grève des maîtres nageurs a ainsi généré 10 mois de fermetures intempestives et inopinées de piscines et d’annulations de cours sans davantage de sommation, auxquelles se sont greffées les clôtures pour vidange de bassins ou éradication de champignons, empêchant les Parisiens de profiter des bassins. Sans compter qu’un précédant en 2002 avait duré 14 mois ! A quoi bon louer des équipements prétendument pléthoriques dont les habitants de la capitale ne peuvent jamais bénéficier ?

Quant au protocole d’accord enfin signé en mars et censé apporter des garanties aux maîtres-nageurs, n’est-il pas à craindre qu’il ne soit remis en question par la réforme des rythmes scolaires ranimant l’antienne du partage des cours aux scolaires entre ces derniers et les Professeurs de la Ville de Paris ?

Certes votre bilan managérial est à nuancer, Monsieur le maire. Amélioration du nombre de promotions, revalorisation du système indemnitaire des agents de catégorie C et B, accroissement de l’action sociale par le biais notamment de l’aide à la prise en charge d’une mutuelle, constituent des mesures auxquelles le groupe UDI est favorable.

Elles contrastent cependant avec des sources majeures d’insatisfactions et des carences inacceptables. C’est particulièrement le cas de l’absentéisme endémique, tandis que « les données 2009 du bilan social montrent la poursuite de l’aggravation du phénomène », comme le signale le rapport de la CRC. La tendance sur le long terme est des plus inquiétantes, et le rapport de poursuivre, je cite, « en 2009 le taux global d’absence s’est établi à 10,94% pour 10,69% en 2008 et 9,71% en 2007. Le taux des absences compressibles est ainsi passé de 5,19% en 2002 à 6,14% en 2009, suivant une progression quasi linéaire. Les absences pour maladie ordinaire sont en augmentation, de même que celles liées aux accidents du travail ».

Il n’y avait donc pas lieu de se réjouir à l’occasion de l’examen du bilan social en juin 2012, de ce que le taux d’absence global des agents ait diminué en 2011, pour la première fois depuis 5 ans, d’une inflexion minime de 0,38%, portant le taux d’absence à 11,16% !

Si la collectivité parisienne déploie une gamme de solutions pour tenter d’enrayer ce phénomène, telles que l’entretien de retour au travail après absence, l’augmentation des formations, ou encore la prévention des accidents du travail, les résultats se font attendre et l’impact financier n’en est que plus considérable.

« En 2011, le nombre de jours ouvrés perdus s’élève à plus de 1,15 million, soit environ 20 jours par an et par agent. » C’est inconcevable !

Et le coût pour la collectivité est insoutenable dans la perspective actuelle de réduction des dépenses publiques. Rien qu’en 2007, l’Inspection générale chiffrait le coût annuel de l’absentéisme, dont le taux était de plus de deux points inférieur à sa valeur actuelle, à 160 millions d’euros !!

Si vous vous étiez donné la peine de résorber ce phénomène d’une ampleur folle, Monsieur le maire,  il n’eût peut-être pas été nécessaire d’alourdir la masse salariale de près de 10.000 postes !

L’abrogation programmée du jour de carence[1] pour les fonctionnaires[2], devrait contribuer à encourager cette hausse constante de l’absentéisme allant à l’encontre d’une logique désincitative, tout en consacrant une inégalité de fait. Ces mesures délétères sont d’ailleurs critiquées par votre adjoint à la santé qui prône, à l’instar de l’opposition municipale, un rapprochement des régimes de retraite des fonctionnaires de celui des salariés du privé.

Quant à la problématique fondamentale de la santé et de la sécurité au travail, l’exécutif ne cesse de se dédouaner de ses responsabilités en arguant que « (s)es efforts se poursuivent », alors même que les accidents du travail ont connu, entre 2006 et 2009, une progression de 61,6 % pour le département ou que les maladies professionnelles ont crû de plus de 568% sur la même période, au sein de la collectivité !

Monsieur le maire, si les avertissements de la CRC ne vous contraignent pas plus que nos recommandations, il est néanmoins à souhaiter que vous y prêtiez l’oreille ou qu’à tout le moins votre successeur modifie le cap de vos errements.

Je vous remercie.


[1] NB : « La journée de carence pour les fonctionnaires en arrêt maladie avait été installée dans un souci d’économies, ce qui était une première pour les 5,3 millions de fonctionnaires. Dans le secteur privé, le délai de carence est de trois jours avant la prise en charge par l’assurance-maladie, mais certaines entreprises compensent ce manque à gagner. » Source : Le Monde, 21/02/2013

[2] au motif que ce dispositif serait humiliant et que son« impact budgétaire (serait) très limité, de l’ordre de 60 millions d’euros pour l’Etat« 

Publicités
À propos

Conseiller de Paris, délégué auprès du Maire du XVIème arrondissement, chargé des affaires européennes et internationales, Vice-Président du Groupe UDI-MoDem au Conseil de Paris, Vice-Président du Groupe UDI à la Métropole du Grand Paris

Tagged with:
Publié dans Coups de coeur, coups de gueule, Récentes interventions au Conseil

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Twitter : Alternative_16e

Rejoignez 1 573 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :