E-cigarettes : derrière le grand flou, ça fleure bon la taxe !

Le débat sur la cigarette électronique reprend de plus belle alors qu’un rapport a été remis hier à la ministre de la Santé concernant ses éventuels effets nocifs. Bertrand Dautzenberg, pneumologue à la Pitié-Salpêtrière, président de l’Office français de prévention du tabagisme (OFT), et directeur du rapport, souligne « qu’aucun effet négatif n’a pour le moment été démontré sur le propylène glycol », ajoutant que « c’est à long terme que l’on pourra tirer des conclusions sûres ».  Pour autant, on se dirigerait faire une interdiction de « vapoter » dans les lieux publics.

Il semblerait qu’une fois encore, la précipitation prenne le pas sur la réflexion car une immense incohérence plane sur les propositions préconisées.

L’un des experts membre de ce groupe de travail vient même de se désolidariser de ses collègues en refusant de signer le texte final…

Les cigarettes classiques, on le sait,  sont visées depuis dix ans par des mesures drastiques : interdiction de fumer dans les lieux publics, forte taxation, etc. L’objet est de protéger le citoyen contre lui-même et d’endiguer les maladies liées au tabagisme excessif.

Il faut cependant reconnaitre que la cigarette électronique est reconnue par nombre de fumeurs comme un moyen de substitution extrêmement efficace de réduction de leur consommation de tabac. 500000 français l’utilisent régulierement. Monsieur Jacques Le Houezec, Vice-président du Comité National Contre le Tabagisme et membre de la Société Française de tabacologie, explique qu’il est « évident que les risques liés à l’utilisation de la cigarette électronique sont considérablement moindres, voire insignifiants par rapport à la cigarette conventionnelle ou tout produit du tabac utilisé sous forme combustible. »

Bien évidemment, il est nécessaire d’en savoir beaucoup plus sur ces produits, et on peut imaginer sans peine qu’un encadrement sérieux devra être mis en place : désignation de points de vente agréés, interdiction de la vente aux mineurs, publicité contrôlée, etc.

Rappelons cependant ici, comme j’ai déjà eu l’occasion de l’écrire, que les cigarettes de contrebande, vendues par exemple à Barbès, contiennent des substances extrêmement toxiques : peut être faudrait il se concentrer sur ce réel fléau plutôt que de sauter à bras raccourcis sur la cigarette électronique alors que l’on ne connait pas vraiment les fondements scientifiques des dangers présupposés.

Ajoutons qu’il ne faudrait pas que la frénésie taxative de la gauche l’emporte sur toute autre considération et que des mesures injustifiées et inefficaces viennent alourdir une industrie en plein essor. Le principe de précaution, c’est bien ! Mais un peu d’indulgence, s’il vous plait ! Quand on aura tout interdit dans ce pays, que nous restera-t-il ?

e cigarette

Publicités
À propos

Conseiller de Paris, délégué auprès du Maire du XVIème arrondissement, chargé des affaires européennes et internationales, Vice-Président du Groupe UDI-MoDem au Conseil de Paris, Vice-Président du Groupe UDI à la Métropole du Grand Paris

Publié dans Coups de coeur, coups de gueule

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Twitter : Alternative_16e

Rejoignez 1 573 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :