19 mai 1974, Giscard à la barre ! @UDI_off @GroupeUDIMoDem

VGE EH 1988

 

 

par Eric HELARD, vice-président du groupe UDI-MODEM au Conseil de Paris,

vice-président de la Fédération UDI de Paris

 

Lundi 19 Mai, la France et plus particulièrement la grande famille du Centre-droit, fêteront les 40 ans de l’élection de Valéry Giscard d’Estaing à la présidence de la république. C’est l’occasion pour moi, ancien responsable du Mouvement des Jeunes Giscardiens, de rendre hommage à l’un des chefs d’Etats les plus importants et réformateurs de la Vème République, mais aussi de rappeler que son héritage et sa vision ont survécu au cynisme politique qui lui a succédé.

« On avait le sentiment que la modernité allait entrer dans la vie politique française ». C’est ainsi que Jean-Pierre Raffarin définit l’arrivée au pouvoir de VGE. Et force est de constater qu’aucun autre chef d’Etat après lui n’a apporté un tel élan de renouveau. La réalisation du parc électronucléaire civil, les premiers plans d’économies d’énergie, le lancement du TGV, la création de la CNIL (Commission de l’informatique et des libertés), la création du G6, l’abaissement de la majorité civile et électorale à 18 ans, des droits nouveaux en faveur des femmes, la réforme du divorce ou la dépénalisation de l’avortement, la suppression de l’ORTF, autant de réformes majeures et on pourrait en citer bien d’autres. Il fut le premier Président à donner aux femmes des postes cruciaux, s’entourant de personnalités fascinantes, et profitant de l’intelligence de Françoise Giroud ou de Simone Veil pour bâtir une France plus juste et équitable vers une société libérale avancée.

 

vge president

Mais plus qu’un réformateur, ce fut un Président qui possédait une vision, une certaine idée de la France, loin du pragmatisme roi qui influence les décisions politiques d’aujourd’hui. « Je savais que, pour moderniser la France, sept ans ne suffiraient pas : deux ou trois décennies seraient nécessaires » disait-il. Il comprenait que pour être un « bon gouvernement », pour redresser économiquement et socialement la France, il fallait voir loin, plus loin que son septennat, plus loin que son électorat. C’est ce qu’il définissait par le libéralisme à conscience sociale. En France, il réforma le Conseil Constitutionnel afin de créer enfin un réel Etat de droit. En Europe, il fit naitre le couple Franco-Allemand avec Helmut Schmidt et posa les bases d’une Europe plus démocratique avec l’élection du Parlement européen au suffrage universel, et plus solide économiquement en envisageant pour la première fois la monnaie commune.

 

« Dans les sociétés démocratiques, vous avez toujours deux courants principaux : l’un est néoconservateur et traditionaliste et l’autre plus social, plus sociétal. J’étais issu de la première tendance, mais je voulais absolument travailler avec la seconde, utiliser ces deux énergies pour moderniser notre pays. Je me suis donc placé au centre ! » dit-il. D’où la naissance de l’UDF, l’Union pour la Démocratie Française. Dans une période où toutes les décisions ne sont que réactions, où les réformes ne sont plus envisagées qu’à court terme et où les rédactions législatives à répétition entrainent plus d’obscurité que de clarté, sa modernité et sa vision sont toujours sources d’inspiration.

 

Après une longue période de divisions en petites chapelles anonymes, la famille centriste, grâce à l’impulsion forte et personnelle de Jean-Louis Borloo et la naissance de l’Alternative UDI-MODEM pour le combat européen avec François Bayrou, souhaite continuer de porter son projet libéral, social, et européen

 

Dans ce contexte de recomposition de la famille centriste en cours, nous nous devons de rendre hommage à un grand homme politique et un immense président, avec un objectif clair : travailler au renouveau de l’engagement politique, en menant les combats entamés il y a 40 ans : concevoir un dessein national conciliant la générosité et l’efficacité et répondant au grand rêve de Giscard : rassembler  deux français sur trois !

 

1974-giscard

Publicités
À propos

Conseiller de Paris, délégué auprès du Maire du XVIème arrondissement, chargé des affaires européennes et internationales, Vice-Président du Groupe UDI-MoDem au Conseil de Paris, Vice-Président du Groupe UDI à la Métropole du Grand Paris

Publié dans Coups de coeur, coups de gueule

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Twitter : Alternative_16e

Rejoignez 1 573 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :