Malaise social : pour un Grenelle du Dialogue social à Paris @GroupeUDIModem #ConseildeParis

 

 

 

 

 

 

Eric HELARD, Vice-président du Groupe UDI-MODEM au Conseil de Paris, demande à Anne HIDALGO un Grenelle du Dialogue social à Paris

 

Intervention en séance  

Le rapport social  de l’exercice 2013 de la Ville de Paris arrive à point nommé après plusieurs semaines de malaise social dans notre capitale ! En effet, si nous nous contentons de la seule lecture du magnifique rapport de Monsieur Emmanuel GREGOIRE, nous ne comprenons pas pourquoi les parisiens voient à tour 140 établissements fermés du fait de la grève des personnels de la petite enfance, pourquoi les agents des mairies d’arrondissement font part de fortes revendications, pourquoi les conservateurs des bibliothèques font entendre leur colère, pourquoi les agents des piscines et des salles de sport poursuivent une grève qui commence à lasser les familles parisiennes.

Bref, on découvre que derrière les mots, se cache une réalité beaucoup plus complexe et pour tout dire très préoccupante. Quand  je lis l’avant-propos du rapport louant- je cite – «  la qualité du dialogue social au sein de la collectivité parisienne », je reste avec mon Groupe, perplexe et inquiet pour les personnels de la Ville.

La collectivité parisienne est une trop lourde machine composée de 26 directions, 343 métiers, 55 corps, 99 grades et plus de 2000 sites de travail. Les auxiliaires de la petite enfance qui constituent la deuxième profession la plus représentée (8,9%) au sein de la collectivité est  également l’une de celles qui semblent le plus souffrir de ses conditions de travail.

J’ai eu l’occasion à de nombreuses reprises au sein de notre assemblée, et encore récemment à l’occasion de votre  communication sur les grandes orientations de la Réforme données à l’administration parisienne,  de tirer le signal d’alarme sur le mal-être au travail et le déficit de reconnaissance de certaines catégories de personnel de notre collectivité. Il y a un profond malaise social qui couve depuis très longtemps et je pense que nous sommes arrivés aux limites du supportable pour beaucoup d’entre elles : une véritable prise de conscience sociale de la part de l’exécutif parisien devient indispensable.

 

 

Car, ce n’est pas un phénomène nouveau, tant les conflits sociaux ont émaillé et marqué vos deux précédentes mandatures.

L’enquête adressée aux agents parisiens au printemps 2012, sobrement intitulée « Paris et moi », révèle que 33% d’entre eux considèrent que leur motivation tend à baisser, ce qui constitue, d’après le rapport social de 2012, « un niveau d’alerte justifiant de donner des suites à ces enseignements ». Pourquoi ces suites se font-elles attendre ? Mystère !

Et pendant ce long temps perdu, le taux d’absentéisme endémique, loin de se résorber, stagne aux plus hauts niveaux, à 11%, à mettre en parallèle à celui du secteur privé en Ile-de-France qui est de 3,57%. Les conséquences financières qui en découlent, vous le savez,  sont colossales.

Si les entretiens de retour au travail après absence, l’augmentation des formations,  la prévention des accidents du travail représentent autant d’avancées évidentes et louables, les résultats obtenus sont encore très insatisfaisants.

 

Alors, plusieurs points mériteraient un long développement mais je suis limité par le temps : je citerai seulement  le recrutement des agents qui pêche par ses modalités parfois incomplètes et peu sélectives générant a posteriori des reclassements qui auraient pu être évités.

Je citerai également les catégories supérieures qui buttent contre le plafond de verre de la collectivité faisant appel à des hauts fonctionnaires en détachement

Mais il y a un point sur lequel je souhaite insister : le rapport social glorifie la promotion de l’égalité hommes-femmes et pourtant, force est de constater que les femmes  sont trop souvent exclues des postes supérieurs d’encadrement.

En dépit de l’adoption de la charte de l’égalité dans l’emploi en 2008, les inégalités perdurent et la mixité, bien qu’érigée en principe de l’action municipale, peine encore à être traduite dans les faits.

Certes, la féminisation des effectifs s’accroît avec 56,8% de femmes.

Cependant, les femmes sont surreprésentées dans les emplois de catégorie C, – et par conséquent dans le 1er décile correspondant aux rémunérations les plus faibles, qu’elles occupent à 72,8% (en progression par rapport à 2012 et ses 71,1%)-, tandis qu’a contrario elles demeurent « sous-représentées » en ce qui concerne les nominations sur les postes d’encadrement » (source : rapport social pour l’exercice 2012…cette mention a disparu du rapport social 2013…)

Alors, on peut s’enorgueillir  que la commission de dénomination des rues de la Ville de Paris ait proposé pour la première fois en 2013 une liste parfaitement paritaire de noms destinés à baptiser des voies et lieux publics mais l’effort ne peut se limiter à un simple effet d’annonce ou d’affichage public : il doit concerner bien au contraire les forces vives employées par la municipalité.

En résumé , la réalité est parfois cruelle : la troisième mandature qui s’ouvre commence mal du point de vue social et nous ne pouvons nous en réjouir dans un contexte national déjà fort tendu, car lorsque les personnels souffrent, c’est aussi les parisiens qui en pâtissent : une nouvelle  politique des ressources humaines doit urgemment être installée à la Ville de Paris : recevoir les catégories les unes après les autres pour tenter de circonscrire les départs d’incendie ne saurait suffire : il faut organiser un Grenelle du Dialogue social, pour plus de décentralisation, plus de responsabilité dans les  arrondissements, plus de proximité et de pouvoir sur le terrain, pour que les personnels se sentent à nouveau considérés et non ignorés d’une monstrueuse machine hypercentralisée et lointaine  : c’est une proposition constructive et non polémique  que nous vous soumettons et sachez que nous nous sommes prêts, nous  Centristes à la fibre sociale, à y participer dans l’intérêt des personnels et des parisiens.

 

 

Publicités
À propos

Conseiller de Paris, délégué auprès du Maire du XVIème arrondissement, chargé des affaires européennes et internationales, Vice-Président du Groupe UDI-MoDem au Conseil de Paris, Vice-Président du Groupe UDI à la Métropole du Grand Paris

Publié dans Récentes interventions au Conseil

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Twitter : Alternative_16e

Rejoignez 1 573 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :