La France retrouve le quart #Frall #CDM2014

La France retrouve le quart

Comme bon nombre de Français, j’ai suivi avec attention la huitième de finale du Mondial qui opposait les Bleus aux Supers Eagles du Nigeria. A la fin du match, la victoire probante d’une équipe menée par un Pogba et un Valbuena des grands jours m’a semblé pourtant soulever moins d’enthousiaste que la victoire écrasante contre la Jamaïque en match amical. Peut-être que les gens attendaient une victoire plus évidente, pas entachée pas un engagement physique peut-être trop excessif et un but refusé pour quelques petits millimètres. C’est peut-être oublier « l’effet coupe du monde » sur les équipes réputées moins fortes. Il n’y a qu’à voir les résultats du premier tour, l’incroyable épopée du Costa Rica et les sorties prématurées des « grands d’Europe », pour se rendre compte de la difficulté de chaque match, de la volonté de chaque joueur de se dépasser physiquement et mentalement, à l’image des magnifiques algériens. Et si l’on parvient à se souvenir de çela, à ne pas tomber dans un cynisme un peu trop facile, alors l’on se rendra compte que la victoire fut belle, contre une équipe organisée et affamée.

Je suis relativement peu partisan des raccourcis excessifs et des allégories footballistiques érigeant le sport du ballon rond en modèle social, tendant à filer des métaphores entre le comportement des joueurs sur le terrain pour mieux expliquer la conduite de toute une population. Non, l’équipe de France n’est pas le miroir de notre société, et non la coupe de monde n’illustre pas les pouvoirs de forces continentaux. La coupe du monde est simplement un amoncèlement de petites histoires nationales. Et à l’heure où média et politiques s’évertuent à nous raconter des histoires qui finissent mal, contribuant à la construction d’une morosité de plus en plus généralisée, ne boudons pas notre plaisir d’être enfin les témoins d’un scénario fait de succès, de joies et de victoires !

Notre coupe de monde, nous l’avons déjà gagnée. Devant une audience de près d’un milliard de citoyens, 23 garçons provenant de milieux et cultures différents, emmenés par un staff compétent et un coach qui croit en la victoire, nous ont montré que dos au mur après l’échec 2-0 contre l’Ukraine, ils pouvaient se ressaisir, et marcher la tête haute, prenant chaque match avec humilité, développant un jeu alléchant, pour finir par s’offrir de magnifiques victoires. L’histoire est déjà belle, et vendredi elle pourra devenir magnifique, contre l’Allemagne, pays qui nous a dernièrement beaucoup vanté ses succès et contre qui, devant la France tout entière, les Bleus pourront peut-être prouver qu’après tout, impossible ne sera jamais français !

Publicités
À propos

Conseiller de Paris, délégué auprès du Maire du XVIème arrondissement, chargé des affaires européennes et internationales, Vice-Président du Groupe UDI-MoDem au Conseil de Paris, Vice-Président du Groupe UDI à la Métropole du Grand Paris

Publié dans Coups de coeur, coups de gueule

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Twitter : Alternative_16e

Rejoignez 1 573 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :