Intervention au Conseil de Paris : Budget spécial primitif de la préfecture de police

Conseil de Paris

Séance du Lundi 9 décembre 2019

Intervention d’Eric HELARD

Vice-Président du groupe UDI-MoDem

 

Madame la Maire, Monsieur le Préfet, mes chers collègues,

A la lecture de ce budget spécial primitif, on ne peut bien sûr que se féliciter de l’attention particulière qui est portée aux moyens de la brigade des sapeurs-pompiers de Paris (BSPP), qui représente désormais les deux tiers du budget spécial, avec plus de 20 millions supplémentaires accordés pour 2020 dans le cadre du lancement du plan décennal de renforcement de la brigade.

Permettez-moi de saluer au passage la nomination début décembre du général Jean-Marie Gontier à la tête de la BSPP, qui prendra la relève du général Jean-Claude Gallet, auquel j’adresse une nouvelle fois tout notre respect et toute notre gratitude pour les immenses services rendus à la tête de la brigade.

Le plan de modernisation était vital pour l’avenir de la BSPP,et on se réjouit qu’il soit mis en place dès l’année prochaine. La brigade se trouve en effet confrontée à une réelle saturation de ses services pour répondre aux 2,7 millions d’appels annuels et effectuer plus de 500 000 interventions par an, quand on sait, rappelons-le, qu’elle est dimensionnée pour en effectuer 450 000.

Si le budget primitif prévoit un léger recul des interventions en 2019 par rapport à 2018, n’oublions pas que la mobilisation de nos pompiers est restée forte cette année, avec entre autres la mobilisation hebdomadaire  des « Gilets Jaunes », l’explosion dans la rue de Trévise, l’incendie du 17bis rue Erlanger, sans oublier l’effroyable incendie de Notre-Dame de Paris en avril dernier.

Niveau record d’appels aux secours, hausse constante des interventions, saturation des services, à tout cela il faut encore ajouter l’émergence de nouvelles menaces, au premier rang desquelles bien sûr la menace terroriste, qui justifient la modernisation des équipements et des moyens de la BSPP.

Le renforcement de la contribution financière de la Ville à la BSPP, portée cette année à 97 millions d’euros avec 3,7 millions supplémentaires, s’inscrit dans la continuité des engagements de la Ville lors de l’attribution de la citoyenneté d’honneur à la brigade, avec le versement d’une prime exceptionnelle et la création d’une aide à l’installation en région parisienne.

Ces efforts sont importants, et je tiens de nouveau à les saluer, mais au-delà de ces considérations financières, il nous faut je crois répondre à la crise de la vocation qui menace la BSPP, et dont ma collègue Anne Tachène s’était déjà inquiétée l’année dernière. La difficulté du poste, le manque d’effectifs et de reconnaissance de nos pompiers soulèvent un vrai problème de fidélisation des sapeurs-pompiers parisiens, qui sont de plus en plus nombreux à demander une mutation en province.

Les défis qui s’ouvrent dans les années à venir sont immenses pour la brigade, et j’espère que l’engagement de la Ville de Paris et de ses partenaires seront toujours au rendez-vous pour y répondre.

Mais au-delà de la BSPP, les questions de sécurité restent nombreuses à Paris, et comme vous le savez, cette discussion budgétaire vient clore une année pour le moins chargée sur ce plan.

Dès janvier 2019, l’audit commandé par la Ville jetait un salutaire pavé dans la mare, en révélant l’ampleur des attentes des Parisiennes et des Parisiens en matière de sécurité et de tranquillité publique :

 Plus de 17% disaient avoir peur dans leur quartier le soir, et ce chiffre montait à 22% dans le métro, et jusqu’à 30% dans le RER ;
 Plus d’un quart d’entre eux évoquaient le deal de rue, et 24% d’entre eux évoquaient « les bandes de jeunes » ;
 27% évoquaient encore le vandalisme.

 

Le sondage Ipsos d’octobre 2018 commandé par la ville était éloquent : 63% des parisiens se plaignent des incivilités dans l’espace public (dépôts sauvages, déjections canines, épanchements d’urine, tags, jets de mégot) et 60% dans les transports en commun, 52% craignent les vols à l’arraché, les pickpockets, 52% les agressions verbales, 47% les phénomènes de bandes, sans compter aussi 45% de harcèlement chez les femmes.

Face à ce constat sans appel, vous annonciez, Madame la Maire, la création d’une police municipale parisienne, que notre groupe avait tant réclamée. Enfin ! Nous avions à cette époque saluée votre changement de position, tout en appelant à la plus grande vigilance quant à sa mise en place.

Près d’un an plus tard, alors que rien ou presque n’a été fait, nous ne pouvons cacher notre déception.

Les derniers chiffres de la préfecture sur la délinquance sont d’ailleurs en hausse vertigineuse, avec une hausse de 37% des vols à la tire, de 34% des vols de motos, de 16% des cambriolages dans certains quartiers, de 13% des affaires de trafic de stupéfiants, mais aussi avec 225 rixes comptabilisées depuis janvier 2016 et 8 personnes décédées.

Je passerai sur les nombreux épisodes qui ont émaillé ce feuilleton de l’année, comme cet amendement « surprise »déposé inopinément au Sénat et à l’assemblée nationale dans le cadre de la discussion  du projet de loi « Engagement et Proximité » et qui semble, à en croire vos propos, être votre seule contribution à l’élaboration d’une police municipale à Paris !

Car ce qu’il nous faut retenir, c’est qu’une fois de plus la co-production de la sécurité parisienne n’est pas à la hauteur des enjeux.

Il n’y a qu’à voir le budget prévisionnel 2020 en matière de sécurité pour comprendre que beaucoup reste à faire pour mettre sur pied une vraie police municipale parisienne.

Certes, les dépenses liées à la masse salariales sont en hausse de 8,6%, avec plus de 12 millions d’euros supplémentaires, qui serviront notamment à financer les 180 inspecteurs de la Ville de Paris (ISVP) en cours de recrutement au sein de la DPSP, ainsi que la création de 11 postes dont 6 en renfort du bureau d’action contre les nuisances professionnelles. On se félicite du renforcement de ce bureau, qui avec seulement 14 agents restait largement sous doté pour répondre efficacement à l’enjeu des nuisances professionnelles à Paris.


Mais
 pour les 180 ISVP, il faut rappeler qu’ils sont essentiellement dédiés à la lutte contre les incivilités en matière de propreté…Ce sont bien sûr des postes nécessaires pour le maintien de la propreté et de la salubrité publique à Paris, mais bien peu face aux problèmes de délinquance !

On regrette également que ce budget primitif, censé préparer la création de la police municipale parisienne, n’ait pas été l’occasion d’une rationalisation de la DPSP, dont les 3 200 agents restent répartis entre de nombreux statuts qui brouillent la lisibilité des dispositifs de sécurité pour les Parisiens.

De manière générale, et comme nous le pressentions, l’annonce de votre police municipale en début d’année ne se traduit absolument pas dans le budget primitif, qui ne permet pas de répondre à nos nombreuses questions sur le sujet : quels effectifs réels ? Quels équipements supplémentaires pour les agents ? Quel armement prévu ? Quel calendrier de déploiement ?

Ce budget « sécurité » ne nous paraît pas être à la hauteur des ambitions d’une vraie police municipale, qui doit être composée d’agents plus nombreux, équipée  de matériels et d’uniformes modernes, et armés après une formation solide et appropriée.

C’est à cette condition et à elle seule que Paris pourra venir en appui efficace à l’intense mobilisation de la police nationale, et ce pour satisfaire à l’exigence de protection légitime exprimée par nos habitants.

 

Je vous remercie.

À propos

Délégué départemental de la Fédération UDI de Paris, Conseiller de Paris, délégué auprès du Maire du XVIème arrondissement, chargé des affaires européennes et internationales, Vice-Président du Groupe UDI-MoDem au Conseil de Paris, Vice-Président du Groupe UDI à la Métropole du Grand Paris

Publié dans INTERVENTIONS AU CONSEIL DE PARIS

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :